Warning: Trying to access array offset on value of type bool in /homepages/6/d310147084/htdocs/wp-content/plugins/wp-latex/wp-latex.php on line 39
Divers « Radioamateur : indicatif F4HAJ
Warning: Trying to access array offset on value of type bool in /homepages/6/d310147084/htdocs/wp-content/plugins/wp-latex/wp-latex.php on line 46

Archive for the ‘Divers’ Category

août 25th, 2016  Posted at   Divers
   |   No Comments

Au temps de l’Internet, où il est devenu possible d’entrer en contact avec presque tout le monde sur la planète en quelque clics, certains se demandent quel est l’intérêt de devenir radioamateur ? Dans cet article, j’ai essayé de regrouper les raisons qui m’ont personnellement poussées à passer la licence.

  • Mieux comprendre comment fonctionne une transmission radio. Au temps de l’Internet, les transmissions radio n’ont jamais été autant présentes dans nos vies de tous les jours. Ceci a commencé au tout début du 20 siècle avec l’apparition des premières stations de radio dans les années 1920. De nos jours, les transmissions radio sont partout : dans nos maisons (Wifi, Bluetooth, téléphones portables et sans fils, télécommandes d’alarmes), pour nos communications personelles (communications avec les satellites, les sondes spatiales), dans les transports (communication par radio pour les avions et les bateaux, système GPS…). Bref, la communication par ondes radio est devenue commune, mais le fonctionnement de ce type de communication reste assez mystérieux pour beaucoup de personnes
  • Mieux comprendre comment fonctionne un système d’émission/réception, avec leurs systèmes d’antennes. C’est un peu un corollaire du point précédant. J’aime bien comprendre comment fonctionne ce qui m’entoure, et passer une licence de radioamateur est une opportunité géniale de ce côté, puisque les radioamateurs sont les seules personnes autorisées à construire des émetteurs et des antennes sans passer par l’étape de l’homologation, inaccessible pour les particuliers. La construction d’un petit émetteur/récepteur est encore le meilleur moyen pour comprendre comment tout ceci est fait.
  • Avoir le plaisir d’exercer une activité de loisir technique, ou l’on peut s’amuser avec un fer à souder et expérimenter sur un sujet passionnant.
  • La magie du hasard des communications d’amateur : au hasard de la propagation, on peut avoir la bonne surprise de contacter des pays plus ou moins lointains, des personnalités  ou encore des astronautes (beaucoup d’astronautes sont radioamateurs et il y a une station radioamateur installée dans la station spatiale internationale)
  • La diversité des technologies offertes pour la communication radioamateur : en plus des modes classique (utilisant les propagations « naturelles »), les radioamateurs ont un certain nombre de satellites dans l’espace qui agissent comme des relais, il doit être très intéressant de contacter d’autres radioamateurs via ces relais pas comme les autres. Je peux également évoquer l’EME (Earth-Moon-Earth), qui consiste à ce servir de la lune comme un miroir : on émet les ondes dans sa direction et elle les renvoi sur la Terre.
  • La possibilités d’explorer les nouvelles technologies radioamateurs : SDR (émetteur radio entièrement commandé par informatique), modes numériques…

Voici queleques unes des raisons qui m’ont poussées à passer ma licence voici plus de 4 ans !

novembre 16th, 2012  Posted at   Divers

Je vient de découvrir ce documentaire de Arte sur 2 radioamateurs italiens (Achille et Giambattista Judica-Cordiglia) qui, a la fin des années 1950, ont capté les signaux des 3 premiers satellites artificiels lancés autour de la Terre (les 2 russes Spoutnik 1 et 2, qui avait à son bord la chienne Laika, lancés en 1957 et l’américain Explorer 1 lancé en 1958). Ils auraient ont étés parmi les premiers (les premiers ? En tout cas selon eux) à intercepter les signaux de Spoutnik en Europe. Ils ont ensuite capté les signaux de la capsule de Gagarine, alors même que la nouvelle d’un homme dans l’espace n’était pas officielle.

En bref, des petits génies des ondes, qui en plus se sont filmés et ont enregistré leurs réceptions, tout ceci dans les années 1960 !

octobre 10th, 2012  Posted at   Divers

Les Scouts et Guides de France relancent cette année une opération Radioscoutisme, afin de se joindre à la communauté scoute radioamateur. L’initiative radioscoutisme met en relation plus de 500 000 jeunes à travers le monde grâce à la collaboration avec 10 000 radioamateurs.

Les mouvements scouts réalisent traditionnellement depuis 1958 des Jamborées sur les Ondes (JLSO) tous les ans le 3ieme week-end d’octobre. Cette activité avait été délaissée par les mouvements scouts en France depuis de nombreuses années, mais l’association Scouts et Guides de France à décidé de reprendre part à cette opération mondiale à partir de cette année.

Comme j’ai été scout pendant plus de 10 ans, cette opération à pour moi une résonance particulière, et c’est donc avec plaisir que je m’investirais peut-être un jour avec un groupe scout pour leur faire découvrir la radio… encore un projet pour quand j’aurais un peu plus de temps !

Le site dédié est radioscoutisme.org, avec possibilité pour les groupes comme pour les radioamateurs volontaires de s’inscrire pour participer.

juin 1st, 2012  Posted at   Divers

Parmi les nombreuses activités qui sont ouvertes aux radioamateurs figure le lâché de ballons sondes. Ces ballons sont très souvent lancés en coopération avec le CNES et des écoles, pour qui le ballon devient un moyen pédagogique. Les radioamateurs apportant à ces opérations leurs compétences et connaissances dans le domaine des radio. Les transmissions radio sont en effet indispensables pour les ballons. Elle permettent d’une part le suivi du ballon (le plus souvent via la transmission de sa position GPS par APRS), ce qui fournit des données sur les vents et la progression en altitude du ballon, et d’autre part pour la réception d’éventuelles « télémesures » qui sont transmises en temps réel au sol. Enfin, les radioamateurs sont souvent indispensables pour retrouver les nacelles suite à la chute des ballons. Certains ont en effet une très bonne expérience pour la recherche de balises radio, via des techniques de homing ou de radiogoniométrie. Si la récupération de la nacelle n’est pas toujours indispensable (cas des ballons sondes qui transmettent toutes leurs données en temps réel par radio), la récupération est parfois impérative pour la réussite de la mission. C’est le cas lorsque certaines données ne sont pas envoyées au sol mais simplement enregistrées dans une mémoire. C’est un bon challenge pour les radioamateurs dans tous les cas.

La récupération du ballon était quelque chose de très important pour les lycéens du Lycée Léon Blum du Creusot. En effet, le ballon embarquait (ce qui est rarissime) 2 caméra. L’une filmait le sol, et l ‘autre filmait le ballon. Cela a permis l’enregistrement d’un moment rare et spectaculaire : l’explosion du ballon après une ascension de plus de 30 000 m.

Ces premières images ont été communiquées aujourd’hui, et je vous les livre ici :

Le ballon sonde encore entier

Le ballon sonde encore entier

Début du déchirement

Début du déchirement

Le ballon continue d'exploser

Le ballon continue d’exploser

Le ballon du Lycée Léon Blum du Creusot est presque totalement en lambeau

Le ballon du Lycée Léon Blum du Creusot est presque totalement en lambeau

L'explosion est presque totale

L’explosion est presque totale

Il ne reste que des lambeaux du ballon sonde

Il ne reste que des lambeaux du ballon sonde

Source : Creusot Info

mai 9th, 2012  Posted at   Divers

C’est un texte qui était annoncé de longue date mais attendu sans aucune impatience dans le petit cosmos du radioamateurisme français : le texte destituant la classe 3 (classe novice). Ce texte a été publié au JO hier (oui oui, un 8 mai, jour férié), confirmant malheureusement cette information connue de longue date.

Cette classe 3 française, également dénommée F0 (du fait que les titulaire de cette licence obtiennent un indicatif de type FØXXX), était particulièrement appréciée du domaine, car elle offrait un premier accès relativement simple au radioamateurisme (bien que limitant fortement les privilèges, les titulaires étant limités en émission sur la bande VHF amateur, de 144 à 146 MHz). L’examen se limitait en effet aux aspects réglementaires auquel était associé quelques éléments de technique de base, ce qui le rendait accessible à tous : jeunes, personnes moins portées sur la technique… elle était souvent une première masrche vers une licence plus complète. Cette licence n’était en revanche pas reconnue par la CEPT, ce qui limite son usage au territoire français (les titulaires d’une licence F0 ne peuvent émettre de l’étranger, contrairement aux titulaires des autres licences françaises qui peuvent le faire sous certaines conditions).

La classe 3 ne disparaît pas seule, en effet, avec elle, c’est aussi la classe 1 qui est supprimée. Cette classe 1 attestait en France de la capacité à utiliser le code Morse (l’utilisation de ce mode étant interdite pour les opérateurs de classe 2 et 3 sur les bandes HF).

Voir le texte au Journal Officiel.

Je note au même JO la publication de cet avis de l’ARCEP, ou cette autorité se dit favorable (fin de l’avis) au fait d’autoriser la manipulation de stations radioamateur par des non titulaires de licence ni d’indicatif (sous le contrôle d’un opérateur autorisé bien entendu). C’est, je pense, une bonne chose pour promouvoir notre activité. Reste à voir dans quelle mesure cet avis sera suivi et appliqué.

Pour archive (hébergé sur ce blog) :

mai 6th, 2012  Posted at   Divers
   |   3 Comments

Toujours très intéressé  par tout ce qui est technique, le monde du radioamateurisme, que j’ai découvert quand j’avais environ 10 ans en lisant un article dans « Album des jeunes » (des albums reliés aux éditions du Reader Digest, qui compilaient des séries d’articles sur des sujets très variés, pour ma part, j’était tombé par hasard sur quelques numéros des années 60 dans le grenier de ma grand-mère) m’as toujours attiré.

L’idée de devenir un jour radioamateur en m’ayant jamais quitté, j’ai contacté en septembre 2011 le radioclub de Belfort (indicatif F8KOX), afin de savoir si le radioclub proposait des cours de préparation à la licence. Une réponse positive m’a été apportée, puis une première réunion d’information a eu lieu en janvier 2012. Les cours ont commencé dans la foulée. Pour ma part, n’ayant encore aucune licence en poche, j’ai suivit en parallèle les cours de réglementation, le jeudi après-midi avec F4FUW Michel (merci à lui pour le briefing 😉 ), et les cours de technique le mardi soir, avec F8AAD François. Comme cela tombait à une période ou j’avais du temps libre, j’ai décidé de prendre de l’avance sur les cours techniques grâce aux nombreux supports que l’on peut trouver sur Internet. Au bout d’un mois de travail, j’ai commencé à travailler avec l’excellent logiciel Exam1 F0F4 afin d’identifier les questions qui me posaient encore problème. A la mi-mars, j’ai considéré que je pourrais être prêt pour la technique comme la réglementation d’ici quelques semaines, j’ai donc contacté l’ANFR afin de convenir d’un rendez-vous pour le passage de l’examen, et donc tenter la F0 et la F4 simultanément. Le rendez-vous est donc pris le 2 avril.

Le 2 avril, c’est le grand jour. Je me rend au centre de l’ANFR pour l’examen pour 14h, Michel s’est proposé de m’accompagner, ce que j’ai accepté avec plaisir (faire la route tout seul, ça n’est jamais amusant, à 2, c’est tout de suite plus sympa). L’accueil sur place par le personnel de l’ANFR est vraiment sympathique. Je suis seul à la session d’aujourd’hui. On m’installe devant un ordinateur, et je débute l’examen. Je termine les 2 examens en un peu plus de 35 minutes. Puis vient le temps (finalement le plus stressant) des résultats. Et c’est tout bon !!!! Je ressort donc des locaux de l’ANFR en tant que radioamateur classe 2 (préfixe d’indicatif F4).

J’ai reçu mon certificat d’opérateur fin avril, puis j’ai enfin pris connaissance mon indicatif, F4HAJ (Foxtrot 4 Hotel Alpha Juliett pour les intimes) le 4 mai 2012, m’autorisant désormais à émettre en tant que radioamateur.

Mon intérêt pour la technique me pousse à m’intéresser à la réalisation d’émetteurs. Bien sur, du coté des modes de communication, j’ai envie de découvrir le monde au hasard de la propagation en téléphonie, mais les modes comme la télévision (SSTV) ou le fac-similé (RTTY) suscitent également mon interêt. Enfin, j’espère pouvoir m’équiper de sorte à pouvoir expérimenter la communication par satellite amateur. C’est tous ces domaines que je souhaite partager avec vous dans ce blog.

La prochaine étape sera l’acquisition du matos pour pouvoir enfin émettre.

avril 1st, 2012  Posted at   Divers
   |   No Comments

Google à fait un clin d’œil aux radioamateurs en ce 1er avril 2012, avec Google Tap, présenté comme suit (traduction libre) :

Avec GMail Tap sur votre téléphone, vous serez capable de

  • taper sans regarder votre écran
  • remplacer 26 touches par 2
  • doubler votre productivité en tapant 2 emails en même temps

Caractéristiques :

  • 2 touches : point et trait
  • barre d’espace : ajoutée pour augmenter la vitesse de frappe
  • mode multi email : double clavier (attention, power users seulement)
  • mode texte prédictif : autocomplétion réinventée
  • retour audio optionnel : utilisez tous vos sens

A venir :

  • Mode sémaphore : utilisez le flash de votre mobile pour communiquer avec d’autres personnes au dessus d’un océan (de personnes)

Google fournit en sus une table du code Morse, en indiquant que le fait que seuls 2 caractères soient utilisés (. et -) rendait l’apprentissage plus simple.

Et pour finir, une petite vidéo.